Culture LGBTQ+

Les films LGBTQ+… à voir !

Voici une liste de films assemblée amoureusement par l’équipe du Caélif, à partir de nos visionnages préférés.  Cette liste n’est pas exhaustive, mais chaque film aborde d’une manière intéressante les questions LGBTQ+. 

N’hésitez pas à nous envoyer un message pour nous conseiller des films à ajouter, ou bien débattre de notre sélection !

Les incontournables 🌟

Moonlight (2016)

L’Oscar du meilleur film 2017 nous présente trois moments de la vie de Chiron, jeune Afro-Américain dans les quartiers pauvres de Miami, face à l’homophobie et la dureté des conditions sociales. Visuellement irréprochable.

120 battements par minute (2017)

Incontournable, le Grand Prix du Festival de Cannes 2017 raconte de militant-e-s fictifves d’Act-Up Paris au début des années 1990, la violence de la maladie et de la société, les conflits de pouvoir et la mort prématurée d’un grand nombre d’entre eux. Attention, TW.

Le secret de Brokeback Mountain (2005)

Une histoire d’amour entre deux cowboys. Ce film est adoré ou décrié, mais il ne laisse pas indifférent. Il reste néanmoins un classique. Attention, TW.

Les divertissants 🎭

Pride (2014)

Le must du must. Contre Margaret Thatcher, des activistes LGBT s’organisent pour faire cause commune avec un village de mineurs en grève et leur rapporter des fonds. Un film à la fois triste et méga feel good. Si tu pleures pas et si tu ne veux pas militer à la fin, tu n’as pas de coeur.

The kids are all right (2010)

Une comédie américaine avec Julianne Moore, Mark Ruffalo et Josh Hutcherson (pour les nostalgiques d’Hunger Games) sur l’homoparentalité. Un film plein de charme, qui te convainc (même après 2 semaines de confinements avec tes daron.ne.s) que si, si, la famille c’est chiant mais on l’aime quand même.

Cloudburst (2011)

Deux grands-mères qui s’aiment, l’une qui aide l’autre à fuir d’un hôpital, et qui entreprennent un road trip pour pouvoir se marier au Canada ? Qu’une chose à dire : OUI.

Gay Best Friend (2014)

Un peu comme toi, ce film est une horreur homosexuelle qui a l’air tout droit surgie des années 2000. Une parodie de teen movie mal jouée à en faire saigner les yeux, mais assez drôle et très agréable à regarder au huitième degré avec un verre de vin (et ton petit copain, je certifie).

Au premier regard (2014)

Moins connu, ce film brésilien aborde la question du handicap et des premières sexualités. Poignant, ce film traite avec délicatesse du premier amour. 

Les intellos 🔎

Mademoiselle (2016)

Un thriller passionnant, en Corée pendant la colonisation japonaise des années 1930. On ne veut pas vous en dire plus, pour que vous puissiez découvrir par vous-même le charme de ce film. 

Harvey Milk (2008)

À voir si tu as envie d’en savoir plus sur le mouvement gay à San Francisco dans les années 1970. Et puis, un film avec Sean Penn ET James Franco (spoiler alert : il se baigne nu dans une piscine), ça ne se refuse pas non ? 

La favorite (2018)

Début du XVIIIème siècle en Angleterre. Abigail Hill arrive miséreuse à la cour de la reine Anne où sa cousine Sarah Churchill, très intime avec la reine, lui donne du travail. Voulant gagner les faveurs de la reine pour s’élever socialement, Abigail la séduit et rivalise avec Sarah. Un film vraiment bizarre mais bien (si tu es pas phobique des lapins).

Les invisibles (2012)

Très beau documentaire sous la forme de recueil de témoignages sur des hommes et femmes homosexuel-le-s né-e-s dans l’entre-deux-guerres. Pas larmoyant pour un sou et te donne plutôt l’espoir que oui, les LGBT peuvent vivre vieux et bien. Une des dernières apparitions de la regrettée Thérèse Clerc, militante féministe.

Dallas Buyers Club (2013)

Film poignant, qui aborde la séroposivité et la question de la transidentité, de manière brute, dans le Sud des Etats-Unis des années 1980s. Magistralement joué par Matthew McConaughey et Jared Leto. 

Rafiki (2018)

Un film qui te remue les tripes. Rafiki retrace l’histoire d’amour de deux étudiantes, dont l’amour est prohibé dans la société kenyane conservatrice. Entre la musique, les sentiments bruts, les couleurs et la violence des sociétés hétéronormée, tu ressors de ce film abasourdi.e. 

Les controversés 🔥

Call me by your name (2017)

Dans une grande maison bourgeoise en Italie, en 1983, Elio, 17 ans tombe amoureux d’Oliver, l’étudiant américain plus vieux invité à travailler avec son père cet été. Un film solaire, à l’esthétique très travaillée, et qui reprend les thèmes de l’amour pédérastique, avec les rôles de l’éraste (maître) et l’éromène (élève). 

Le Rocky Horror Picture Show (1975)

Inexplicable et cultissime. Brad et Janet n’auraient jamais dû entrer dans le château du Dr Frank N’Furter pour demander de l’aide, et quitter ainsi le monde rassurant de l’hétérosexualité. Si le personnage de Frank (“a sweet transvestite from Transsexual Transylvania”) entraîne un festival des clichés transmisogynes et une scène de viol, le film reste une des premières représentations ouvertes de personnages queer et sa bande-son géniale ainsi que son côté nanar attendrissant en font un des films à avoir vus et revus dans sa vie. 

La vie d’Adèle (2013)

L’histoire d’amour entre Adèle et Emma, de la fougue de la jeunesse à l’inévitable rupture. Ce film aurait pu être très bien sans la fameuse scène de sexe de 10 minutes du milieu qui te fait te demander si ne serait-ce qu’une lesbienne a été consultée; ou bien il n’aurait pas pu, vu les penchants du réalisateur pour le harcèlement (sexuel et moral !) de ses actrices.

Love, Simon (2017)

Un film de teenagers mettant en scène Simon, un ado américain secrètement gay. Un film mignonnet – mais touchant – sur le coming out forcé. Cependant, le film possède quelques maladresses et normalise des comportements problématiques sexistes et homophobes. 

Girl (2019)

Un film encensé par la presse, mais critiqué par la communauté LGBT+, et notamment par les personnes transgenres. Pas forcément à voir, mais il devait figurer dans la liste car très souvent cité. Il est regrettable que le réalisateur soit resté dans des schémas cis, notamment en insistant lourdement sur la métamorphose physique et médiale du personnage principal. 

Nous contacter

Pour un renseignement, de l’aide, un partenariat, ou parce que vous souhaitez vous impliquer au Caélif, n’hésitez pas à nous contacter !